Le magazine Mag2000  de Trois-Rivières a envoyé Jaysen pour «tester» la chiropratique Network chez Accès Santé chiropratique. Les résultats sont concluant! Meilleure gestion du stress, moins anxieux, moins de maux de tête (migraines), respiration plus ample, etc

Transcription du vidéo

Pourquoi as-tu consulté chez Accès Santé chiropratique ?

La raison est vraiment simple.  Tout d’abord on a fait une recheche au Mag2000  pour savoir qui allait faire les tests de la chiropratique Network, et tout de suite je me suis porté volontaire parce que j’avais envie de tester, j’avais envie d’essayer quelque chose de la bonne façon. J’avais envie de vivre une belle expérience et je savais qu’avec cette façon-là j’allais le vivre avec des professionnels, alors c’est sûr que ça m’a vraiment intéressé.

Quels changements as-tu observés avec tes soins Network ?

Les changements étaient flagrants, je suis quelqu’un de quand même anxieux, je suis quelqu’un d’assez stressé et  qui travaille excessivement beaucoup, donc juste le sentiment d’apaisement à la première rencontre, ça on le vit tout de suite. C’est assez étonnant. Je ne suis pas quelqu’un qui croit sans voir. Quand je l’ai vécu, je me suis dit «Mon Dieu !»  Je me sentais relâché, il y a des tensions dans le haut du dos que tout de suite on a remarqué que mon dos avait de la facilité à onduler. On voyait que la respiration était beaucoup plus grande. Le changement était immédiat, ça je l’ai remarqué tout de suite.

Quelles surprises as-tu vécues avec tes soins ?

Le changement est énorme parce qu’en fait, tout change quand tu suis des soins Network : ta façon de voir les choses, ta façon de faire aussi.  Tu grandis là-dedans. Le traitement est parallèle avec ta façon de fonctionner dans ta vie, c’est vraiment spécial.  En le vivant, tu te rends compte aussi que tu fais des choses différemment, il y a des décisions que tu vas prendre différemment aussi. Moi j’étais quelqu’un qui faisait beaucoup de migraines.Durant le traitement, dans les tout débuts, j’avais remarqué que j’en n’avais même plus ! Des grosses tensions dans le cou (après les «rush» de revues on fait des longues périodes de travail) j’en n’avais plus non plus.  On ne parle pas d’entraînements d’années, on parle d’entraînements en semaines.  Moi je vivais déjà ça, alors je me disais jusqu’où est la limite et on m’apprenait que la limite, il n’y en a pas ! Plus  tu suis des soins, plus  le changement continue. Alors c’est très positif.

Pourquoi voudrais-tu poursuivre tes soins Network ?

La raison est vraiment simple : c’est un bien-être. S’apporter un bien-être, choisir d’être bien dans sa peau ça commence par ça.  C’est un enseignement. Il y a des choses aussi que notre corps est habitué de faire par lui-même, et  on vient l’aider à juste continuer à aller mieux.  Alors je ne vois pas pourquoi on voudrait arrêter. Ça fait juste continuer à poursuivre sur la voie du : Je me sens bien, je n’ai plus de stress, je prends de bonnes décisions, des bons choix.  Je ne vois vraiment pas pas pourquoi on ne poursuivrait pas ça.

Recommanderais-tu ces soins aux autres et pourquoi ?

C’est sûr que je le recommanderais et même je vais plus loin que ça.  Souvent les gens sont curieux de me voir faire et de me voir aller.  Ils le remarquent qu’il y a un changement et moi je leur explique, et tout de suite la curiosité c’est instantané, les gens disent  : «Ha oui ? c’est comme ça que tu le vis ?».  Mais c’est personnel, chaque personne va le vivre de sa façon, on n’a pas tous les mêmes stress, les mêmes modes de vie alors chacun va vivre ses petites expériences.  En fait, la chose qui est géniale, on en parle, alors on trouve des trucs. Ça aide juste à développer la roue qu’on a commencé et ça fait juste continuer comme ça.

Autre chose à ajouter ?

Moi j’ajouterais que ce qui est vraiment frappant c’est que en entrant dans la clinique, c’est l’énergie de l’équipe : Michaël avec son grand sourire, il est toujours content.  Il y a une frénésie aussi dans la salle d’attente, tout le monde se parle, discute de trucs. Hélène (assistante chiropratique) aussi est accessible, on peut parler avec.  Il y a comme une espèce de petite famille qui «s’incruste«, qui fait en sorte que t’as le goût d’aller faire ton traitement. Tu te dis «Ha oui ! Je vais aller là et ça va être plaisant, ça va me faire du bien.»

Cadeau gratuit !

Inscrivez-vous à notre liste d'envoi et recevez nos «10 habitudes faciles à adopter pour optimiser votre santé neurovertébrale»

* Requis

Merci, vous êtes bien inscrit.